Percevez-vous l’apprentissage d’une nouvelle langue comme un voyage vers l’inconnu ? Peut-être est-ce parce que vous venez d’un milieu unilingue ! Pour nous, Suisses, les langues étrangères font partie du quotidien. Ainsi, si la maîtrise de plusieurs langues est valorisée en France, il ne s’agit que d’une formalité dans un pays multilingue ! Cet article s’intéresse aux pays multilingues ainsi qu’aux enjeux qui y sont impliqués.

Tour d’horizon des régions multilingues

Saviez-vous qu’il existe plus d’États multilingues que monolingues dans le monde ? Ils sont en effet près d’une centaine ! Les deux pays où coexistent le plus d’idiomes sont la Papouasie-Nouvelle-Guinée (en plus des quatre officielles, 850 langues sont parlées) et le Mexique (l’espagnol est la langue officielle de facto, mais les 290 langues indigènes ont le statut de langues nationales).

Vient ensuite la Bolivie (37 langues parlées), suivie par le Zimbabwe, ex aequo avec la Pologne (16 langues parlées).

Côté occidental, prenons d’abord l’exemple de l’Espagne, avant de s’intéresser au cas suisse. Le castillan est la langue officielle fédérale, mais le basque, l’occitan ou encore le catalan sont reconnus dans leurs régions respectives. En Suisse, l’allemand, le français, l’italien et le romanche sont les quatre langues officielles.

La population suisse connaît en moyenne deux langues étrangères (parmi les pays européens, seul le Luxembourg -trois langues- est au-dessus de la Suisse. En effet, 71% des alémaniques parlent le français et ils sont 67% à parler anglais. Parmi les francophones, 47% parlent allemand (ou suisse allemand) et 43% parlent anglais.

 

Enjeux liés au multilinguisme

Il existe de multiples enjeux au fait de maîtriser plusieurs langues. Le plus évident d’entre eux est bien sûr la mondialisation des échanges. Parler plusieurs langues facilite la communication interindividuelle (notons que l’existence de langues pivots, comme l’anglais est souvent très utile). Allons encore plus loin. De nouvelles études ont montré que le cerveau d’un bilingue est plus rapide et agile que celui d’un monolingue et plus apte à faire face à des ambiguïtés et à résoudre des conflits !

Si le multilinguisme constitue donc un véritable atout dans un espace donné, notons qu’il peut également constituer un frein. C’est le cas de l’Union Européenne où coexistent près de 24 langues officielles. La question linguistique constitue donc un vrai défi ! En effet, force est de constater que face à l’obstacle du dialogue interculturel, les Européens choisissent souvent l’anglais pour échanger.

Percevant le multilinguisme comme un enjeu majeur du XXIe siècle, dans certains États, les Conseils d’enseignement public ont ouvert des classes bilingues, parfois dès la maternelle ! C’est par exemple le cas en Californie et en Floride, ou la langue majoritaire n’est plus l’anglais, mais l’espagnol.

This post is also available in: Chinois simplifié Anglais Allemand Italien Arabe Russe Espagnol Portugais - du Portugal